Netras – chapitre 4

– Célébrité –

Je sors de l’ascenseur de Patio au huitième. Mes amis sont déjà là à m’attendre, Valentin, appuyé dos contre une colonne ornées de décors de lianes en relief, a le pied relevé contre celle-ci. Il scrute la foule tout en discutant avec Umy, me repère dès que je suis en vue et m’adresse un signe de la main. Umy relève les yeux pour me chercher et me trouve très vite lui aussi. Son chéri repousse ma mèche pour embrasser mon front comme il le fait chaque fois qu’on se retrouve ou qu’on se sépare.

Plus j’apprends à le connaître et plus je comprends pourquoi Umy en est dingue. En plus d’être à tomber tous les jours de l’année, son petit ami dégage une force tranquille et rassurante jusque dans sa voix. Pour ne rien gâcher, il cuisine vraiment aussi bien que l’avait vanté Umy. Entourée du couple, je me sens tout de suite mieux même si Val remarque :

— C’est un nouveau style, les cheveux-rideau ?

— Je n’ai pas envie qu’on nous repère.

— Ça va, il n’y a personne là, m’assure Umy. D’ailleurs, pour les bains de foule, un ami nous a donné une idée !

— Si c’est porter une casquette, tu oublies !

Il secoue la tête et brandit un sweat à capuche des équipes de rugby de la tour.

— Tu me pousses à devenir supporter de la tour 14 ? C’est très discret !

— En particulier de l’équipe du douzième !

Il retourne le pull où un énorme lion bleu se détache. Je ris en prenant le vêtement, reconnaissant que ce n’est pas une mauvaise idée en leur emboîtant le pas.

Depuis la publication de nos photos sur le Fil lundi dernier, ma vie a complètement basculé. Je me fais aborder dès que je suis démasquée. De parfaits inconnus viennent me parler comme s’ils me connaissaient intimement. Sans compter qu’ils me touchent parfois alors que je n’en ai pas du tout envie. J’ai l’impression d’être devenue un objet d’exposition que tout le monde se permet d’admirer et de tripoter dans tous les sens pour voir de quelle matière je suis faite.

J’ai un scoop pour eux : de la même que n’importe qui.

Je dois également me montrer vigilante avec les paparazzis. J’en ai parlé à mes parents qui m’ont conseillé de les éviter au maximum. Facile à dire, bien moins à faire. Ils attendent tous une chose : la photo d’un baiser avec Umy qu’ils ne sont pas près d’obtenir ! Et le seul journaliste avec qui j’aimerais avoir une nouvelle chance d’interagir ne se manifeste pas : Stan Blockposteur brille par son absence.

Dans la semaine, nous avons donné rendez-vous à nos parents respectifs pour leur dire avec qui Umy est vraiment en couple. Je crois que tout s’est bien passé. Entre les blagues salaces de mon père auxquelles Val a répondu avec amusement et Katline Cliron qui lui a joyeusement sauté dessus, oubliant totalement cette histoire de photo d’Umy et moi sur le Fil, c’était une soirée agréable. Umy s’est fait un plaisir de nous raconter leur premier rendez-vous à la patinoire du huitième.

J’y ai aussi découvert que Valentin suit sa formation de chef cuisinier avec un aménagement spécial qui lui permet de travailler au Bronx la plupart du temps. Je le trouve courageux. Étant né en octobre, nous n’avons que quelques mois d’écart et il est tout seul depuis ses seize ans. Ses parents sont décédés tous les deux et son tuteur a obtenu qu’il puisse continuer à vivre seul dans leur maison du huitième jusqu’à ses vingt et un ans. Quoi que maintenant Umy vit avec lui, même si ce n’est pas officiel.

Leur maison m’a tout de suite plut, imprégnée de bonne humeur et de leur amour partagé. Malgré cela, nous nous sommes vite rendu compte que pour leur intimité et éviter toute nouvelle rumeur abracadabrantesque, nous devions protéger aussi bien le secret de cette adresse que celle de mes parents.

Quand nous nous retrouvons, nous empruntons le plus possible les passerelles piétonnes où les gens me repèrent moins facilement qu’aux arrêts des stations d’ascenseurs. Pourtant ce soir, c’est peine perdue. La terrasse du Bronx est envahie de gens qui espère m’y voir avec Umy. Val dépose un baiser sur ma tempe et se contente d’un signe de la main vers son amoureux avant de s’en aller.

Malgré l’officialisation de leur couple dans le cercle privé où ils s’attirent comme des aimants, mes amis ne se permettent aucun geste affectueux en public. Umy n’a pas envie de se retrouver encore une fois affiché sur le Fil et Valentin ne veut pas entendre parler du réseau social pour je ne sais quelle raison. Lui n’a pas le choix d’aller ou pas au Bronx, il est de service jusqu’à la fermeture.

Pour la première fois, je révèle à Umy que j’ai une solution de repli à Gambetta. La capuche de mon nouveau vêtement passe-partout sur la tête, nous parvenons à rejoindre la maison sans nous faire repérer. Je réussi même à tenir ma langue sur la nature du lieu où nous allons et parviens à surprendre Umy.

La maison de fonction de Gambetta est plus grande que celle de mes parents au troisième : la cuisine est fermée sur la gauche de l’entrée qui forme un petit couloir où se trouve un meuble fin et la porte de la partie nuit avant de s’ouvrir sur un espace plus large. Là, il y a un canapé convertible en cuir vert. Il fait face à un meuble destiné à recevoir une console ou une extension pour l’écran matérialisable incrusté au plafond. Plus au fond sur la gauche, une table pour quatre et un buffet complètent l’ameublement. Alors que je retire mon pull pour l’accrocher à la patère de l’entrée, Umy regarde autour de nous en sifflant :

— C’est chez toi ?

— C’est un logement de l’Agence. Mais je suis la seule à avoir la clef ! Enfin, le service de ménage aussi, je suppose.

Umy éclate de rire :

— Le service de ménage ? Wax, c’est un trésor ici ! C’est à côté de ton boulot, c’est génial ! Et si tu es la seule à avoir la clef, c’est chez toi.

Il se rapproche de moi et me prend dans ses bras en souriant.

C’est la première fois qu’on se retrouve tous les deux depuis notre passage à mon bureau. Qu’est-ce qui m’a pris de l’emmener seul ici ? Quand Val est avec nous, leur quotidien alimente la conversation. Là, je ne sais déjà plus quoi dire. Attiré par le reste de la maison, Umy me lâche pour découvrir la cuisine et le couloir. Puis, il se laisse tomber dans le canapé alors que je me contente de martyriser mes mains, nerveuse.

— Tu vas pouvoir faire comme Val et prendre la grande chambre. C’est carrément mieux ! Ce canap’ est trop confort ! J’adore ! Et ta déco, parfaite !

J’inspecte les murs et les meubles autour de moi. De la déco ? Il n’y a rien ! J’ai seulement déposé une brosse à dents et deux tenues de rechange. Il y avait déjà tout ce qu’il fallait en linge de lit dans l’armoire.

Umy patiente, amusé que je peine à comprendre son trait d’humour. J’éclate de rire et m’assoie avec lui sur le canapé, enfin détendue. C’est vrai qu’il est confortable.

— J’ai apporté le mini du minimum, c’est le principe de la déco minimaliste. Il n’y a rien jusque dans le réfrigérateur, même pas une bière.

— C’est un peu trop minimaliste pour le coup. On va faire quelques courses !  

Mon ami envoie d’un mouvement du bras l’écran de sa montre sur celui du plafond qui se matérialise dans un effet cascade. Il n’y a rien à dire, celui chez mes parents est vraiment dépassé. Voilà qui me fait repenser à Stan Blockposteur, ses cheveux bruns et son regard bleu profond. N’importe quoi ! Oublie cet odieux journaliste ! Umy me tire de mes rêveries en s’exclamant :

— Ben voilà ! À vingt mètres, y’a un distributeur Drone24. On peut être servis à la porte dans dix minutes !

Une fois qu’Umy a validé son identité sur le bras du drone de livraison, la porte transparente de la boite s’ouvre et il n’y a plus qu’à se servir. En somme, un jeu d’enfant que je n’avais jamais expérimenté.

Tout en mangeant, il envoie l’adresse de la maison sur le compte Instat’ de Val. Puis nous relisons l’ébauche de son article pour l’Université14 dont l’édition doit avoir lieu ce jeudi. Intitulé « Devenir Programmatrice Netras : Wax Lopi nous répond », la page décrit les conditions d’admissions et le cursus classique dans un encadré. Dans un autre sont rapportées mes réponses aux deux questions qu’il m’a posées lors de l’interview pour décrire mon métier.

Après un dernier ajustement, il me relit sa conclusion sous les deux cadres. Elle s’ouvre sur les autres carrières qui s’approchent de celle de Programmateur Netras, moins exigeantes en résultats TAPIO. Ce sont essentiellement des métiers autour des robotronics, des jeux, des drones, des prothèses à connections nanito-neurales et des nano-traitements. Enfin, il se jette dans le canapé :

— Rien à ajouter sur votre métier, Programmatrice ?

— Si. J’adore ça !

Il ajoute une ligne sous mon nom dans l’encadré qui est consacré à l’interview : Signe particulier : Accro à la Prog.

— Ça ne va pas envenimer les choses sur notre soi-disant relation si tu écris ça ?

— Blockposteur t’a décrite comme étant sa muse et son étoile et personne ne se pose de questions sur votre relation à tous les deux. Pourtant il y aurait de quoi, non ? Il n’y a rien de perso dans l’article mais si je n’y mets pas une touche d’humour, ça va faire louche. Je mets toujours un truc un peu moins sérieux. Même si là, Jérico va m’en vouloir si je charge en blagues, c’était trop attendu comme interview.

Umy épure l’écran et finalise son travail. J’approuve le résultat final :

— C’est vraiment très bien ! J’aime beaucoup la mise en page.

— Je peux me permettre d’être plus fun que l’Officiel et l’Indépendant. Ça va être l’article d’un journal universitaire le plus lu de toute l’histoire d’Andromède. Tes fans vont adorer avoir tes réponses retranscrites directement.

— Ne dis pas de bêtises, les Programmateurs n’ont pas de fans.

— Tu plaisantes ? Les lopistes auraient le cœur brisé de t’entendre dire un truc pareil ! D’autant que ça fait une semaine qu’ils te suivent partout.

Je secoue la tête, dubitative. Umy sauvegarde son article pour l’envoyer à son prof. Ensuite il ouvre une page du Fil, tape mon prénom dans la barre de recherche. Je ne suis pas inscrite sur le réseau mais des centaines de résultats s’affichent.

— Qu’est-ce que… C’est quoi tout ça ?

— Ben, les lopistes. Tu crois qu’ils viennent d’où, tous ces zigotos du Bronx ?

Il ouvre une page : « #Lopistes&fansdeWaxAndro ». Pétrifiée dans le canapé, je découvre un portrait de moi, recadré d’une photo prise par le paparazzi la semaine dernière, en publication épinglée. Dessous, un rappel décrit les fileurs du groupe comme « des fans softs et prog d’Andromède ». Plus loin, une publication montre un membre s’affichant fièrement avec vingt-deux, un des nouveaux de l’équipe.

— Il y en a des comme ça tous les jours, m’apprend Umy. C’est l’effet Wax Lopi.

— L’effet… Ne dis pas n’importe quoi ! Je fais seulement mon travail !         

— Tu le fait mieux que personne, ce travail. Tu ne le sais pas ?

Il se tourne vers moi. Si je le sais… Surtout depuis la semaine dernière. De là à ce que les gens se photographient avec les Netras dont je m’occupe ? C’est exagéré !

— J’ai travaillé très dur pour y arriver. Mais je n’ai jamais voulu être…

Je bute sur le mot. Ce n’est pas possible !

— Célèbre ? propose Umy.

— Ne dis pas ça ! Connue, c’est déjà pas mal.

— Non, moi je suis connu. Toi, tu es célèbre.

Il ouvre une nouvelle page : « #ClironLesLionsbleus14Officiel ». J’éclate de rire en voyant le photomontage d’accueil où il a les joues enduites de crème de maquillage bleue, torse nu et les bras en l’air. Un jour de victoire sportive sans doute, le lion bleu de leur emblème en fond semble rugir avec lui.

— Eh ! Tu te moques ?

— C’est que je ne m’attendais pas à ça ! Je ne pensais pas que tu affichais autant ton appartenance à ton équipe de rugby !

— Il faut bien pour remplir les tribunes ! Enfin, les fileurs qui se sont ajoutés cette semaine ne l’ont pas fait pour l’équipe. Je ne regarde même plus mes demandes d’abonnements, il y en a trop ! Pareil sur Instat’, je ne m’y attendais pas.

— Et Val, ça va ?

— Il avait déjà tout bloqué sur Instat’. Son compte du Fil est inactif depuis des lustres. Je crois même qu’il a été supprimé depuis le temps !

— Si je crée un compte une fois mes ISC implantés, je vais avoir le droit à la même ?

— Si tu ouvres une page, elle passera directement en compte officiel. Il y a une option qui sépare les fans des gens que tu veux suivre en amis privés.

— Un compte quoi ? Non ! Une page normale sera suffisante.

— C’est bien ce que je dis ! se marre-t-il. Au-delà de trois mille fileurs, le compte passe automatiquement en #Officiel.

— Trois mille ? Umy, trois mille personnes ne vont pas me suivre ! Je suis une Programmatrice, pas Mirana !

— C’est vrai. Mirana est ultra-active sur le réseau et elle a autour d’un million de fileurs. Toi, tu n’y es pas du tout et la page lopistes que je t’ai montré en compte quatre-cent-trente-cinq mille. J’en suis déjà à soixante mille sur celle des Lions alors que ce n’est pas moi le vrai centre d’attention. Et ça monte encore.

Mon cerveau refuse l’information.

— Comb… Combien ?

— Quatre-cent-trente-cinq mille. C’est la plus grosse page, t’inquiète.

Je me liquéfie dans mon canapé.

— D’où ils sortent tous ? C’est pour ça qu’ils viennent me voir dans la rue ?

— Ils suivent ton travail depuis longtemps. Sauf qu’avant la semaine dernière, ils ne savaient pas à quoi tu ressemblais, andouille. Maintenant qu’ils savent, ils sont tous à ta porte, comme j’l’avais prédit.

Je me malaxe les doigts, mal à l’aise. Pourquoi il est au courant de tout ça et pas moi ? Roumanof et Blockposteur savaient aussi que j’avais des fans sur le Fil avant de    m’interviewer ? Cela donnerait du sens à la dernière remarque de Stan sur mon étage de résidence. Je frotte machinalement mes avant-bras pour tenter de chasser le stress que réveille la découverte de ma popularité. Umy se rapproche dans le canapé :

— Tu veux bien m’aider ? J’ai un truc à faire tant que Val n’est pas là. Je n’y arrive pas tout seul. C’est à propos d’Ulric. Tu sais, mon ancien pote…

Allez, Wax, change-toi les idées.

— Qu’est-ce qu’il se passe ?

— Je me suis rendu compte qu’il me suit encore en réglant la confidentialité de ma page et…

Il gonfle les joues en regardant l’écran.

— Tu veux le supprimer ?

— Le bannir, oui. Et pour ça, il faut que je retire toutes mes photos où il apparaît. L’algorithme fait le tri en reconnaissance faciale mais il faut quand même tout vérifier et valider manuellement. Et c’est dur. Il était partout dans ma vie, ce con.

Umy m’adresse un sourire triste et il ne m’en faut pas plus pour décider de l’épauler.

Pour y en avoir, il y en a des photos d’eux depuis leurs quinze ans ! Au bout de deux heures à supprimer des dossiers entiers, il ne reste plus que deux photos à retirer. Mon ami serre les dents face à une des premières qu’ils ont publiées ensemble et la dernière où ils s’affichent joyeux, bras dessus-dessous, une bière à la main chacun.

« — Ne fait pas ça s’il te plaît ». Le cadre de conversation indique Ulric Obson. Il fallait s’en douter, je suppose.

— Il a compris que tu vas le supprimer.

Umy hoche la tête. Ma remarque était inutile. Il renifle et essuie rageusement une larme avant de supprimer la plus ancienne des deux photos. « Arrête. Pas ça, s’il te plaît. Je suis désolé. »

Mon ami jette le pad de commande sur le canapé et se lève en se passant une main dans la nuque, se met à engueuler l’écran qui écrit tout dans la petite fenêtre :

— Désolé ? Tu crois qu’il suffit d’être désolé pour que je te pardonne de m’avoir envoyé une bande de demeurés me casser la figure ? Pour qu’on soit à nouveau amis ? Si tu n’acceptes pas Valentin, laisse tombercomme tu le dis si bien !

Il hésite devant l’écran et commande de tout effacer, remplace son long message par un simple : « Pourquoi pas ? ». Choquée d’apprendre qu’il s’est fait agresser à cause de ce type qui dégringole encore plus bas dans mon estime, je patiente avec Umy. Il est indiqué que le gars écrit sa réponse. Elle se fait attendre. Longtemps.

C’est finalement un message très bref qui nous parvient : « Sois heureux. Au revoir ». Les larmes d’Umy coulent silencieusement quand il efface la dernière photo. Il s’assoit à côté de moi et se met à pleurer franchement.

Le voir dans cet état me met sens dessus-dessous. Je ne sais pas quoi faire et reste plantée là pendant quelques secondes. Mince, c’est Umy. Pour ainsi dire la seule personne qui ait compté pour moi de toute ma scolarité. Celui contre qui j’ai pleuré moi aussi, pas plus tard que la semaine dernière.

Je l’enlace maladroitement. Si je ne sais pas comment m’y prendre. Lui n’hésite pas et vient se blottir contre moi. Il passe un bras autour de ma taille, l’autre allant se perdre à l’arrière de ma tête dans mes cheveux défaits. Il cache son nez dans mon cou. Ce câlin, c’est plutôt agréable comme sensation même s’il pleure. Ça l’est encore plus une fois qu’il se calme. Il a le droit de refuser que ce mec continue à faire partie de sa vie, aussi proches qu’ils aient pu l’être. Quand il s’écarte, il murmure :

— Merci.

— Chacun son tour pour la morve.

Il rit, hoche la tête et reprend le pad pour bannir son ancien ami de son compte.

Le lendemain, la journée est excellente. Je boucle deux programmes de personnalité d’assistance aux personnes âgées, Dani, avant de passer sur la programmation des Netras de mon équipe. Oups. Pause déjeuner. Je mange dans mon bureau. Emma lance de la musique, chose rare que j’apprécie.

J’enchaine avec le calibrage de Vingt-trois. Sexe féminin, une cinquantaine d’années, le tatouage mauve sied joliment à sa peau brune. D’un naturel craintif, son questionnaire est satisfaisant mis à part sa réponse au mot « enfant » auquel elle répond très spontanément « bruyant ». Ensuite, les symboles s’enchaînent pour monter mon nouveau programme de chauffeur Sasha. Je déborde ainsi en mode Faoli/ré jusqu’à seize heures trente où Emma me prévient qu’il est temps que je parte pour mon rendez-vous chez Z-X ISC pour faire poser mes puces sous-cutanés.

Dans le hall, mon regard dévie un instant de l’autre côté de la rue. De dos, un homme à la carrure bien dessinée porte une veste aux manches trois-quarts. Il disparait rapidement dans la foule et je secoue la tête. Comme si Stan Blockposteur allait venir me voir à l’AGRCCP !

En revanche, Val est bien là. Tout beau, ses tresses fines sont si bien plaquées sur son crâne qu’on dirait qu’il a les cheveux ras de loin. Il passe son bras autour de mes épaules pour m’embrasser sur le front :

— Alors, prête à passer dans le monde des implantés ?

— Tu m’accompagnes ?

— Si tu veux bien de moi. Je suis de repos aujourd’hui et Umy est au musée. Je te l’aurais proposé plus tôt si tu n’avais pas déserté ta maison avant quatre heures. Même le marché alimentaire du deuxième n’ouvre pas si tôt !

La veille, il nous a rejoint à Gambetta après la fermeture du Bronx. Nous avons expérimenté les capacités de mon écran avec un jeu immersif de chasse aux zombies qui a changé le salon en labo expérimental désaffecté très glauque. Le serveur a remporté la partie haut la main avant de s’écrouler de fatigue dans le canapé vert. Nous avons tous passé la nuit dans mon logement de fonction, même si la mienne a été courte. J’avais trop hâte de rejoindre mon bureau !

Chez ZX-ISC, l’infirmier spécialisé glisse mes puces perso et pro sous la peau de mon avant-bras droit. Je suis contente que Valentin m’ait accompagné. Même si les crèmes anesthésiantes et cicatrisantes ne laissent s’installer ni douleur ni cicatrice, la vue du scalpel ne me réjouit pas. Une dizaine de minutes plus tard, deux tatouages Transit, pimpants carrés dorés, indiquent l’emplacement des implants sur ma peau. L’infirmier me certifie que mes puces sont de la meilleure qualité. Rien d’étonnant, c’est Lectra Novak qui s’est occupée de les commander, de les calibrer et de les sécuriser, perso comme pro.

Je profite des conseils de Val pour choisir la montre Mt630, avec ses audio-conducteurs ISC et sa bague de prise de vue assortie. J’ai pris l’habitude de voir les garçons prendre des photos ou des vidéos en deux mouvements de doigts. C’est trop bien ! L’infirmier fixe un rendez-vous deux jours plus tard pour l’implantation. C’est un peu rapide, mais je suis contente.

En sortant de la boutique, Valentin me prend par la taille. Le mouvement est si naturel que je l’imite sans me poser de question. Sur le chemin du musée, nous rencontrons une foule de manifestants du mouvement Frenox. Munis d’une multitude d’écrans matérialisés, les gens revendiquent plusieurs décrets qu’ils estiment nécessaires pour une meilleure reconnaissance des droits Netras. Des drones-reporterssurvolent la zone occupée, aussi Val me pousse à largement contourner le rassemblement. Je tente d’y trouver le journaliste brun de L’Indépendant sans l’apercevoir. La main de Val passe devant mes yeux :

— Ici Andromède ! Tu cherches quelqu’un ?

— Je voulais seulement…

Voir Blockposteur ? Quelle drôle d’idée ! Sans finir ma phrase, je hausse les épaules et nous continuons notre chemin vers le musée. Umy nous y attend et me tend les bras à notre arrivée. Je lui expose fièrement mon poignet où brillent les signalements de port de puces.

— Bébé, Léandre l’infirmier est sur le coup, lance Val. J’ai cru qu’il allait nous l’embarquer pour une visite de l’arrière-boutique !

— Tu racontes n’importe quoi, ris-je. Il ne m’a rien proposé de visiter !

Il éclate de rire. Umy ajoute son bras sur mes épaules et, nos pas sur le même rythme, il me regarde d’un air amusé : 

— Il t’a allumé sans que tu t’en rendes compte ?

— Il n’a rien allumé du tout.

— C’est ça qu’il n’a pas compris, plaisante Valentin. Il compte retenter sa chance dans deux jours.

Qu’est-ce qu’il raconte ?

— Dans ce cas, je me ferai un plaisir de remettre en place les idées lubriques de ce monsieur Léandre, assure Umy.

— Des idées lubriques ?

— Ben oui. S’il t’emmène dans l’arrière-boutique, ce ne sera pas pour te montrer les fonctions avancées de sa montre. Quoi que ça dépend de ce qu’il y cache !

Il hausse les sourcils d’un air entendu. Yeark ! Je me tourne vers Val :

— Il me draguait ? Vraiment ?

— Oh oui ! Refuse l’arrière-boutique, Wax ! À moins de vouloir t’envoyer en l’air vite fait bien fait. Après tout, tu es célibataire, tu as le droit de se détendre de temps en temps. À moins que tu aies quelqu’un en vu ?

Je chasse l’image du beau journaliste qui me trotte dans la tête depuis plusieurs jours. J’avais deviné Valentin à l’aise avec le sujet, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il me sorte un truc pareil.

— Je ne me détends pas comme ça, Val.

— Tu as tort, c’est efficace ! C’est quoi ton truc ? Les clubs ? Les décalés ?

— Tu me vois vraiment dans une fête non-déclarée ? Non, pour me détendre, je prog.

— Ça, c’est ton travail. Je patine, Umy va au rugby… Ton truc à toi, c’est quoi ?

— Ben je prog !

— Tu n’as pas de Netra chez toi, soupire Umy. Tu n’en as pas, hein. Si ?  

— Non, voyons ! Je répare des robotronics en panne !

— Ton passe-temps, c’est la mécateck ? s’étonne Valentin.

— Oui. J’aime bien les drones de course, mais mon père se garde la licence de contrôle neuronal. Une fois, on nous a envoyé un humatronic d’assistance de vie. Les pièces étaient énormes dans le salon ! Je devais être en quatrième.

Umy nous tire Val et moi en s’arrêtant, les yeux écarquillés :

— Tu prog des tronics depuis tes sept ans ?

— Non, depuis mes cinq ans. J’ai commencé grâce à l’émission de Jo Bénédict…

— … Prog la vie ! s’exclame Val. J’adorais aussi. J’ai même pleuré quand Bénédict est décédé.

Nous voilà avec un point commun ! Umy a du mal à s’en remettre, se laissant dire que je devais avoir son meilleur niveau de prog jamais atteint vers mes huit ans.

©2023 Ludivine Suzan – Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *